aucun commentaire pour l'instant

Lettre d’information

INFORMATIONS PAROISSIALES

Chers paroissiens, 
 
« La charité, encore et toujours la charité »
 
L’histoire de Jean Valjean est l’une des plus belles illustrations d’une « charité qui couvre toutes les fautes » (proverbes 10,12). Dans son récit, Victor Hugo nous décrit l’histoire d’un misérable parmi « les misérables ». Après avoir succombé à la tentation de vols qui vont provoquer sa chute (les chandeliers de Mgr Myriel et la pièce au petit ramoneur Gervais), Jean Valjean sera pris de remords et il n’aura pour unique soucis que de racheter ses fautes… Avec un nouveau nom, M. Madeleine, Jean Valjean va passer du « misérable » au « miséricordieux ». Son repentir va lui ouvrir le chemin de la charité et de l’amour du prochain. L’histoire de Causette en sera l’un des plus beaux fruits. 
Si je vous raconte cette histoire c’est parce que je pense que la vie chrétienne que je viens de vivre pendant six ans comme curé à saint Gabriel se résume bien dans l’histoire de Jean Valjean.  La vie d’un paroissien consiste à reconnaître une situation « misérable » en quête de « miséricorde ». A l’image du Fils prodigue, nous sommes tous à la recherche d’un chemin neuf qui va faire de nous « une femme nouvelle »,  « un homme nouveau ». 
La paroisse Saint Gabriel est belle. Le mérite ne lui revient pas car c’est l’œuvre de l’Esprit qui nous commande « avant tout, d’avoir les uns pour les autres une ardente charité, car la charité couvre une multitude de péchés. » (1P4,8)
        De différentes manières, j’ai vu la charité dans la paroisse. J’ai vu aussi le péché. Mais grâce à Dieu, en dépit de nos faiblesses et de nos échecs, la charité redonne une humanité joyeuse. Que Saint Gabriel ne perde  jamais cet  art de vivre  « par » la charité, « avec » la charité, « en » la charité. C’est la porte du salut. 
MERCI pour ces six belles années où nous avons cherché ensemble, au nom du Christ,  à vivre de cette si douce et inaccesible charité.   
                                                                                             P. Bertrand, curé. 


 

   

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.