Culture et Foi

Nouveaux Articles

  • LA FORME DE L’EAU

    Un film de Guillermo Del Toro.   S’il est un cinéaste qui invite au changement de regard, à ne jamais se fier aux apparences comme à combattre tous les préjugés, c’est bien le cinéaste mexicain Guillermo Del Toro. Ses films abondent en personnages d’aspect horrifiant, tel « Hellboy » (2004), qui font

  • L’APPARITION

    Un film de Xavier Giannoli.   La vérité et le mensonge, l’imposture qui n’en est pas tout à fait une, ce sont des thèmes que Xavier Giannoli se plaît à explorer de film en film. Mais aujourd’hui, l’approche qu’il adopte pour les aborder n’a rien de banal, on peut même

  • LE RETOUR DU HÉROS

    Un film de Laurent Tirard.   Le point de départ du film pourrait être formulé à la manière d’une question très classique de morale telle qu’on en propose à l’examen de philosophie du baccalauréat, quelque chose comme « est-il permis de mentir pour sauver la vie d’autrui ? ». La comparaison s’arrête là

  • UNE SAISON EN FRANCE

    Un film de Mahamat-Saleh Haroun.   « J’étais un étranger et tu m’as accueilli ». Cette phrase, Abbas (Eriq Ebouaney) l’a écrite dans la lettre qu’il a laissée à Carole (Sandrine Bonnaire), la femme qu’il a rencontrée en France et qui, en effet, lui a ouvert non seulement sa porte mais son

  • SPARRING

    Un film de Samuel Jouy.   Je ne sais pourquoi l’on désigne parfois la boxe par l’expression de « noble art ». Ce qui est certain, c’est qu’au sortir de ce film on n’est pas le moins du monde tenté de parler de noblesse. Ici, ça frappe et ça cogne et il

  • LE RIRE DE MA MÈRE

    un film de Colombe Savignac et Pascal Ralite.   « Les enfants nous regardent ». Le titre de ce film de Vittorio De Sica, de 1944, était présent dans mon esprit tandis que je découvrais cette oeuvre mêlant subtilement gravité et légèreté sous les yeux d’un jeune garçon prénommé Adrien (Igor Van

  • CŒURS PURS

    Un film de Roberto De Paolis.   « Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu ». Parmi les jeunes gens qui fréquentent assidûment leur paroisse d’un des quartiers de Rome ou de sa périphérie, il en est qui arborent fièrement cette béatitude imprimée sur leur t-shirt comme un slogan. Le prêtre chargé

  • TOP 30 – FILMS 2017

    Mes films préférés de 2017:   The lost city of Z, de James Gray Silence, de Martin Scorsese 120 battements par minute, de Robin Campillo La Villa, de Robert Guédiguian Carré 35, de Éric Caravaca Une femme fantastique, de Sebastián Lelio Faute d’amour, de Andrei Zviaguintsev Les fantômes d’Ismaël, de

  • L’ÉCHANGE DES PRINCESSES

    Un film de Marc Dugain.   Dès l’ouverture de ce film adapté du roman éponyme de Chantal Thomas, on en a le pressentiment, ce sont les ailes sombres de la mort qui s’étendent au-dessus des cours de France et d’Espagne. Et c’est elle qui, en quelque sorte, mène la danse.

  • LE PORTRAIT INTERDIT

    un film de Charles de Meaux.   Ce film étonnant a été inspiré à son auteur, Charles de Meaux, par un tableau exposé au musée de Dole (Jura), un portrait peint par le jésuite Jean-Denis Attiret à la fin du XVIIIème siècle représentant Ulenara, une concubine de l’empereur de Chine

  • CONTINENTAL FILMS

    Cinéma français sous contrôle allemand   Un livre de Christine Leteux.     Récemment, à l’occasion de la mort de Danielle Darrieux, parmi le concert des louanges unanimes (et tellement méritées), il n’a pas manqué de se glisser, chez certains commentateurs, la mention d’une petite note de soupçon, d’un petit

  • LA VILLA

    un film de Robert Guédiguian Retrouver, une fois de plus, la famille d’acteurs que Robert Guédiguian a déjà mis en scène dans quantité de films, cela donne le sentiment de renouer avec des amis. Et comme, de plus, le film qui les réunit à nouveau est une œuvre qui mérite

  • ESPÈCES MENACÉES

    un film de Gilles Bourdos.   Ils se marient dans l’allégresse mais, dès la nuit de noces, quelque chose d’étrange et de menaçant se révèle. Le jeu bizarre qu’impose Tomasz (Vincent Rottiers) à Joséphine (Alice Isaaz) durant leur lune de miel (qui serait plutôt lune de fiel) aurait dû lui

  • FAUTE D’AMOUR

    un film de Andreï Zviaguintsev.   « Sans amour, on ne peut pas vivre » : telle est la parole de vérité de l’homme que Genia a pris pour amant et à qui elle vient d’expliquer qu’elle n’a jamais voulu de son fils Aliocha, qu’elle ne l’a jamais aimé, comme elle-même n’a jamais

  • LES GRANDS ESPRITS

    un film de Olivier Ayache-Vidal   Mais pourquoi nomme-t-on systématiquement les professeurs débutants dans les établissements scolaires réputés les plus difficiles ? Ne vaudrait-il pas mieux y envoyer des enseignants expérimentés ? Qui ne s’est jamais posé ces questions ? Dans le film de Olivier Ayache-Vidal, c’est François Foucault (Denis Podalydès), un professeur

  • DANS UN RECOIN DE CE MONDE

    un film de Sunao Katabuchi.   Les films d’animation japonais ont ceci de particulier que, nonobstant leur indéniable beauté du point de vue esthétique, ils abordent souvent et sans détour les sujets les plus graves, allant parfois jusqu’à mettre à nu les souffrances, les épreuves et les errements humains les

  • JEANNETTE

    un film de Bruno Dumont.   L’an dernier, à la fin de ma critique du film précédent de Bruno Dumont (« Ma Loute ») que j’avais trouvé irritant et grotesque, je me référais à une interview dans laquelle le cinéaste indiquait que son film suivant serait sur Jeanne d’Arc et j’exprimais mes

  • 120 BATTEMENTS PAR MINUTE

    un film de Robin Campillo.   Grand prix du Jury au dernier festival de Cannes où il a fait sensation, ce film de Robin Campillo vibre tout entier de la passion et de l’engagement de son réalisateur. Nul doute que ce dernier a largement puisé dans son expérience de militant

  • DJAM

    un film de Tony Gatlif. Il suffit parfois d’une actrice (ou d’un acteur) pour qu’un film séduise irrésistiblement le spectateur, voire même le fasse chavirer de bonheur, tant la synergie entre la volonté du réalisateur et la prestation de l’interprète est parfaite. Manifestement, pour jouer le rôle-titre de ce film,

  • LA SERVANTE ÉCARLATE

    un roman de Maragaret Atwood. Paru pour la première fois en 1985, ce roman a aussitôt été couronné de succès au point qu’il a été traduit dans de multiples langues, n’a cessé d’être réédité et a été vendu, de par le monde, à des millions d’exemplaires. Déjà adapté au cinéma