Culture et Foi | Paroisse Saint Gabriel

Culture et Foi

Nouveaux Articles

  • ARYTHMIE

    Un film de Boris Khlebnikov.   Comme dans « My Lady », le film de Richard Eyre qui vient de sortir sur les écrans, il est question, au cours de ce film-ci, d’une personne malade ayant besoin d’une transfusion sanguine alors qu’elle fait partie des Témoins de Jéhovah ! Sauf qu’ici il s’agit

  • CONTES DE JUILLET

    Un film de Guillaume Brac.   Après « L’île au trésor », séduisant documentaire se déroulant tout entier à la base de loisirs de Cergy-Pontoise, voici la fiction ou plutôt les fictions, car le film se subdivise en deux parties distinctes. Le titre rappelle irrésistiblement Éric Rohmer, qui s’était plu à tourner,

  • L’ÎLE AU TRÉSOR

    Un film de Guillaume Brac.   La base de loisirs de Cergy-Pontoise est un lieu que tous les cinéphiles connaissent, en tout cas tous ceux qui apprécient Éric Rohmer, puisque ce dernier y a tourné des scènes de l’un de ses meilleurs films (« L’amie de mon amie » en 1987). Guillaume

  • PARVANA, UNE ENFANCE EN AFGHANISTAN

    Un film de Nora Twomey.   Il faut ne pas manquer d’audace pour aborder, sous forme de film d’animation (destiné, en priorité, à un public d’enfants), un sujet tel que celui qui est ici proposé : l’histoire d’une fillette de 11 ans sous le régime des talibans. Grâce à un scénario

  • BÉCASSINE !

    Un film de Bruno Podalydès.   Faire un film sur Bécassine, héroïne créée par Jacqueline Rivière et dessinée par Emile Pinchon, dont les aventures firent le bonheur de générations d’enfants sous forme de BD durant la première moitié du siècle dernier, cela peut sembler à priori une initiative saugrenue et

  • LA MAUVAISE RÉPUTATION

    Un film de Iram Haq.   Qu’il y ait, sur nos écrans, des films de pur divertissement, censés nous faire oublier, le temps qu’ils durent, les âpres réalités de notre monde, pourquoi pas ? Il m’arrive d’aller voir des films de ce genre et, parfois, d’y trouver du plaisir. Heureusement, cependant,

  • HOSTILES

    Un film de Scott Cooper.   Les westerns ne sont plus légion sur les grands écrans et c’est fort dommage. On se consolera néanmoins de leur rareté en découvrant ce film superbe à tout point de vue, signé Scott Cooper. Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre qui révolutionne le

  • LADY BIRD

    un film de Greta Gerwig.   Un film n’est-il intéressant ou n’est-il bon qu’à condition de raconter des événements qui sortent de l’ordinaire ? Je ne le crois pas et, de ce fait, je m’oppose totalement au jugement sans mesure porté sur ce film par un critique d’une célèbre revue de

  • LA FORME DE L’EAU

    Un film de Guillermo Del Toro.   S’il est un cinéaste qui invite au changement de regard, à ne jamais se fier aux apparences comme à combattre tous les préjugés, c’est bien le cinéaste mexicain Guillermo Del Toro. Ses films abondent en personnages d’aspect horrifiant, tel « Hellboy » (2004), qui font

  • L’APPARITION

    Un film de Xavier Giannoli.   La vérité et le mensonge, l’imposture qui n’en est pas tout à fait une, ce sont des thèmes que Xavier Giannoli se plaît à explorer de film en film. Mais aujourd’hui, l’approche qu’il adopte pour les aborder n’a rien de banal, on peut même

  • LE RETOUR DU HÉROS

    Un film de Laurent Tirard.   Le point de départ du film pourrait être formulé à la manière d’une question très classique de morale telle qu’on en propose à l’examen de philosophie du baccalauréat, quelque chose comme « est-il permis de mentir pour sauver la vie d’autrui ? ». La comparaison s’arrête là

  • UNE SAISON EN FRANCE

    Un film de Mahamat-Saleh Haroun.   « J’étais un étranger et tu m’as accueilli ». Cette phrase, Abbas (Eriq Ebouaney) l’a écrite dans la lettre qu’il a laissée à Carole (Sandrine Bonnaire), la femme qu’il a rencontrée en France et qui, en effet, lui a ouvert non seulement sa porte mais son

  • SPARRING

    Un film de Samuel Jouy.   Je ne sais pourquoi l’on désigne parfois la boxe par l’expression de « noble art ». Ce qui est certain, c’est qu’au sortir de ce film on n’est pas le moins du monde tenté de parler de noblesse. Ici, ça frappe et ça cogne et il

  • LE RIRE DE MA MÈRE

    un film de Colombe Savignac et Pascal Ralite.   « Les enfants nous regardent ». Le titre de ce film de Vittorio De Sica, de 1944, était présent dans mon esprit tandis que je découvrais cette oeuvre mêlant subtilement gravité et légèreté sous les yeux d’un jeune garçon prénommé Adrien (Igor Van

  • CŒURS PURS

    Un film de Roberto De Paolis.   « Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu ». Parmi les jeunes gens qui fréquentent assidûment leur paroisse d’un des quartiers de Rome ou de sa périphérie, il en est qui arborent fièrement cette béatitude imprimée sur leur t-shirt comme un slogan. Le prêtre chargé

  • TOP 30 – FILMS 2017

    Mes films préférés de 2017:   The lost city of Z, de James Gray Silence, de Martin Scorsese 120 battements par minute, de Robin Campillo La Villa, de Robert Guédiguian Carré 35, de Éric Caravaca Une femme fantastique, de Sebastián Lelio Faute d’amour, de Andrei Zviaguintsev Les fantômes d’Ismaël, de

  • L’ÉCHANGE DES PRINCESSES

    Un film de Marc Dugain.   Dès l’ouverture de ce film adapté du roman éponyme de Chantal Thomas, on en a le pressentiment, ce sont les ailes sombres de la mort qui s’étendent au-dessus des cours de France et d’Espagne. Et c’est elle qui, en quelque sorte, mène la danse.

  • LE PORTRAIT INTERDIT

    un film de Charles de Meaux.   Ce film étonnant a été inspiré à son auteur, Charles de Meaux, par un tableau exposé au musée de Dole (Jura), un portrait peint par le jésuite Jean-Denis Attiret à la fin du XVIIIème siècle représentant Ulenara, une concubine de l’empereur de Chine

  • CONTINENTAL FILMS

    Cinéma français sous contrôle allemand   Un livre de Christine Leteux.     Récemment, à l’occasion de la mort de Danielle Darrieux, parmi le concert des louanges unanimes (et tellement méritées), il n’a pas manqué de se glisser, chez certains commentateurs, la mention d’une petite note de soupçon, d’un petit

  • LA VILLA

    un film de Robert Guédiguian Retrouver, une fois de plus, la famille d’acteurs que Robert Guédiguian a déjà mis en scène dans quantité de films, cela donne le sentiment de renouer avec des amis. Et comme, de plus, le film qui les réunit à nouveau est une œuvre qui mérite